Questions Fréquentes

 

Questions 2

Liste de toutes les questions

  1. Qu’est-ce que l’orthodontie rapide ?
  2. Quels cas cela concerne-t-il ?
  3. Quels cas ne sont, en revanche, pas concernés ?
  4. A quel âge peut-on faire un traitement d’orthodontie rapide ?
  5. Cela suppose-t-il un traitement chirurgical ?
  6. Est-ce douloureux ?
  7. Selon quels principes l’orthodontie rapide accélère-t-elle le temps de traitement ?
  8. Quelle est la longueur d’un traitement en orthodontie rapide ?
  9.  Quand se fait la cicatrisation du plan osseux est-elle réalisée et quand le traitement se stabilise-t-il ?
  10. Y a-t-il une contention après le traitement ?
  11. Est-ce moins cher ?
  12. Remboursements mutuelles ?
  13. Lorsque l’on coupe le plan osseux, saigne-t-on en permanence ?
  14. Quels sont les risques associes a un traitement d’orthodontie rapide ?
  15. En résumé ?

 

 

Réponses

1. Qu’est-ce que l’orthodontie rapide ?

C’est un traitement orthodontique classique mais préalablement un geste chirurgical est nécessaire sous anesthésie locale chez le dentiste spécialisé ou en milieu hospitalier sous anesthésie générale.

Il s’agit d’un traitement orthodontique classique associé à des corticotomies.

Les corticotomies sont des incisions osseuses franches par « piézochirurgie » de la seule corticale alvéolaire péridentaire (autour de la racine dentaire).

La « piézochirurgie » est une mécanique ultrasonore de vibrations de 24 000 à 29 500 Hz permet une section osseuse avec une faible pression de l’insert sur les tissus. Cette technique est très précise et peu invasive. (Voir détail des principes théoriques de l'orthodontie rapide)

 

2. Quels cas cela concerne-t-il ?

La seule contrainte de l’orthodontie rapide est la nécessité pour le patient de posséder toutes ses dents permanentes. Une étude plus détaillée figure dans la partie indications et contre-indications de l'orthodontie rapide.

 

3. Quels cas ne sont, en revanche, pas concernés ?

  • Naturellement les enfants, qui ont des dents de lait ou alors qui sont en « dentition mixte », c’est-à-dire qu’ils n’ont qu’une partie de leurs dents définitives.
  • Les patients qui ont les dents qui se déchaussent, si l’atteinte osseuse est trop importante. Dans ce cas, un tel traitement n’est pas recommandé.
  • Enfin les cas d'anomalie de l’hémostase ou le patient a un problème de coagulation du sang.

 

4. A quel âge peut-on faire un traitement d’orthodontie rapide ?

A partir de 16 ans, âge à partir duquel le jeune adulte possède sa dentition définitive.

 

5. Cela suppose-t-il un traitement chirurgical ?

Le traitement par orthodontie rapide nécessite une intervention chirurgicale.

Le lendemain ou deux jours après la pose de l’appareil multi-attaches, le patient consulte le chirurgien qui fait des incisions verticales et horizontales dans certains cas de l’os entre les racines dentaires.

 

6. Est-ce douloureux ?

L’intervention n’est pas douloureuse: elle est pratiquée sous anesthésie locale ou générale.

Il est utilisé une technique de piézochirurgie (incision par vibrations ultrasonores) qui est peu invasive par rapport à une  technique classique chirurgicale.

Les suites sont simples et généralement non douloureuses, on note parfois un œdème ou un petit hématome.

 

7. Selon quels principes l’orthodontie rapide accélère-t-elle le temps de traitement ?

Le déplacement dentaire est consécutif à un principe physique qui est celui des forces.

Les boîtiers posés dans lesquels s’insère un arc orthodontique (qui exerce une force sur les dents qui ne sont pas disposées harmonieusement) leur permet ainsi de s’aligner progressivement dans le positionnement souhaité.

Ces forces s’opposent à l’inertie osseuse qui résiste à cette pression exercée par le traitement orthodontique. D’autre part, le praticien doit faire attention de ne pas s'exercer de forces trop fortes sur les dents à la fois afin de minimiser la douleur du patient et également dans le but de ne pas porter préjudice à l’intégrité de la racine dentaire ou de l’os périphérique, ce qui entraînerait dans ce cas un déchaussement.

L’orthodontie rapide, à travers les corticotomies (incisions osseuses péridentaires), réduit considérablement la résistance osseuse. En exerçant la même force, il est soudainement possible d’aligner les dents de manière bien plus rapide sans prendre le risque de résorption des racines dentaires. C’est en cela qu’il s’agit d’une vraie révolution dans le traitement de l’orthodontie adulte.

 

8. Quelle est la longueur d’un traitement en orthodontie rapide ?

L’orthodontie rapide permet de réaliser des résultats spectaculaires en une durée très réduite de 9 mois au lieu de 24 mois. Il constitue une véritable rupture avec les lois de l’orthodontie classique d’un point de vue scientifique et nécessite une excellente connaissance technique ainsi qu’une bonne coopération entre le chirurgien-dentiste et l’orthodontiste traitant.

 

9. Quand se fait la cicatrisation du plan osseux est-elle réalisée et quand le traitement se stabilise-t-il ?

Au bout de deux semaines, il n'y a déjà plus de signe clinique visible. La cicatrisation osseuse est terminée deux mois après le geste chirurgical.

 

10. Y a-t-il une contention après le traitement ?

Le port d’une contention est effectivement obligatoire pour stabiliser la position des dents à la fin du traitement. En général, une contention très discrète est fixée. En général il est collé un arc lingual sur la face interne des dents antérieures de canine à canine. 

 

11. Est-ce moins cher ?

Les honoraires de l’orthodontiste sont sensiblement les mêmes que ceux d’un traitement classique. La durée est moins longue dans le temps mais l’orthodontiste voit le patient bien plus souvent et chaque séance de soins est longue. Il faut réfléchir au fait que si le montant des honoraires est peu différent de celui d’un traitement conventionnel, le traitement étant plus court, les honoraires seront moins étalés dans le temps.

Si le temps de traitement est réduit conséquemment, le traitement de ces cas demande au spécialiste une attention supérieure et une densité de rendez-vous plus forte (tous les 10 jours au lieu de toutes les 6 ou 8 semaines dans un traitement conventionnel).

Le traitement chirurgical (corticotomies) est en supplément. Le prix varie selon le nombre de secteurs d’arcades dentaires opérés.

Cette technique est pointue et pratiquée par peu d’équipes de spécialistes, orthodontistes et chirurgiens.

 

12. Quel est le taux de remboursement par les mutuelles ?

Le remboursement est variable selon les mutuelles et le taux de cotisation de l’assuré.

 

13. Lorsque l’on coupe le plan osseux, saigne-t-on en permanence ?

Il y a des saignements pendant l'intervention mais seulement de faible importance. Il n’y a aucune hémorragie ensuite, sauf si le patient a des problèmes d'hémostase (coagulation). Dans ce cas de figure, il appartient au patient d'en informer son orthodontiste avant le traitement, au moment du questionnaire médical.

 

14. Quels sont les risques associés à un traitement d’orthodontie rapide ?

Il y a un faible risque de section partielle de la racine et de section du paquet. Cette situation obligerait à un traitement du canal de la dent (où passe le nerf et les vaisseaux dans un second temps).

 

15. En résumé ?

Il s’agit d’un traitement qui apporte un résultat rapide bien adapté au traitement de l’adulte qui sera appareillé sur un temps très réduit par rapport aux traitements orthodontiques conventionnels.

Il s’agit ici d’un grand progrès de l’orthodontie de l’adulte. Elle n’est pas pour tout le monde mais elle est un vrai soulagement pour les patients désireux d’obtenir des résultats très significatifs dans un temps réduit.